• Alicia Bk

2020, l'adolescence de mon entreprise.

La photographie m'a toujours intéressé, et comme je l'expliquais dans le premier article, j'ai délaissé pendant longtemps les appareils. Je ne vais pas le cacher mais cela fait finalement peu de temps que je m'intéresse de manière approfondie à la photographie, à vrai dire cela va faire seulement 3 ans, et j'ai créé mon entreprise il y a 1 an maintenant.



Ces retrouvailles soudaines avec l'appareil ont été presque vitales pour moi dans un moment de vie durant lequel j'étouffais professionnellement. Et finalement l'enchaînement extrêmement rapide de ces retrouvailles et la création de mon entreprise ont été salutaires.


Parfois je me dis que je suis allée trop vite, que j'ai encore bien trop à apprendre, que je ne suis pas légitime. Mais finalement ce "coup de tête" de reconversion professionnelle était si évident et j'en avais tellement besoin, qu'il devait avoir lieu. Je suis de celleux qui pense qu'il n'y a pas de "bon" moment pour faire les choses.

Cependant la rapidité de mon parcours en photographie, conjugué il faut bien le dire, à la situation actuelle, ont mis en lumière certaines choses que je ferais différemment si on m'en donnait l'opportunité.

J'aime voir mon parcours dans la photographie comme l'évolution de la vie, passant de stades en stades.

Il y a d'abord eu l'enfance et sa boulimie d'apprentissage, ça c'est quand j'ai repris goût à la photographie. Je me suis mise corps et âmes dans l'apprentissage technique, j'avais envie de comprendre comment ça marche, mais surtout d'expérimenter. J'ai enchaîné les shootings pour m'approprier l'image, j'ai rencontré pleins de superbes personnes et puis surtout j'ai évolué techniquement. C'est à la fin de mon "enfance" photographique que j'ai créé mon entreprise car plusieurs personnes souhaitaient avoir des shootings et m'encourageaient à me faire payer pour ça.


Ensuite est venu l'adolescence, qui est arrivée avec un grand changement dans ma vie (un déménagement loin de tout ce que je connais et de tout ceux que j'aime). Le manque de confiance que j'ai toujours eu c'est exacerbé avec cette nouvelle solitude et ce nouveau "départ". Je me suis beaucoup plus investie dans les réseaux sociaux, et comme à l'adolescence je me suis beaucoup chercher. Le style est quelque chose d'important en photographie, c'est ce qui défini plus ou moins notre travail, ce qui le rend reconnaissable. Perdue au milieu de tant d'exemples de gens talentueux, j'ai tenté d'imiter au lieu de trouver ma propre vision. Cette période d'énorme doute et de manque de confiance a été assez douloureuse et elle reprend parfois le pas encore maintenant (mais elle est bien moins présente). J'ai énormément culpabilisé et il m'arrive encore de remuer tout ça. Malgré tout je pense que c'était un passage obligé (tant à cause de ma personnalité que parce que bon nombre de personnes qui créent sont passées par là avant de se trouver).




Outre les moments sombres, 2020 ça a été l'année durant laquelle j'ai poussé plus mes recherches en terme visuel, l'année où paradoxalement, j'ai été fière de certains projets tout droit sortis de ma tête et de mes tripes, l'année où j'ai commencé à toucher du doigts une manière de photographier qui me plaît et qui me correspond.

C'est aussi l'année où j'ai pensé mes Fabriques, ces trois formules que je propose à mes clients et qui me tiennent énormément à cœur, que je souhaite par dessus tout développer. C'est une année durant laquelle de nouvelles personnes m'ont donné leur confiance pour venir devant mon appareil photo et c'est surement la plus belle chose que je retiens pour 2020.

2020 ça a été l'année des autoportraits également dû en grande part aux confinements. Une approche que j'avais déjà touché du doigt à l'adolescence et que j'ai pu approfondir. Une manière de photographier qui me permet de m'exprimer d'avantage sur les tourbillons de sentiments qui m'animent au quotidien.



J'ai réalisé un autoportrait qui s'appelle "Un nouveau souffle" pour clôturer cette année en dent de scie et c'est exactement dans cette lancée que je suis. Après une année compliquée j'ai comme la sensation que les choses s'alignent petit à petit et même si il manque encore du sens dans tout ça, il ne tient qu'à moi d'en insuffler dans ce que je fais.

Je commence 2021 comme je commencerais une vie de jeune adulte. En étant plus mûre dans mon approche de la photo, mais en sachant qu'il y a encore du travail à faire, des choses à apprendre et des travers dans lesquels ne pas retomber.


J'espère que cette année sera bénéfique pour tout le monde et j'ai hâte de la vivre pleinement !

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2021 par bkbulle. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now